Loin du Pitch Black de mes souvenirs (sympathique film, ambiance survival SF ou ce genre de sauce), Les Chroniques de Riddick passent mine de rien dans une autre catégorie de films. Quitte à paraître étrange (j'attends d'éventuels avis et critiques sur ce que je vais dire :-) ), je pense que ce métrage rentre tout à fait dans le genre film épique médiéval fantastique. Oui oui, vous avez bien lu, comme le Seigneur des Pin's, Conan le barman et autres. Bien sûr à une échelle moindre ceci dit. Laissez-moi vous dire ce qui me fait penser ça.

On assiste dans le film à une guerre entre 2 empires (hum... le therme n'est pas idéal) dans lesquels prennent place des personnages influents, les nécroporteurs ont leurs règles (code de conduite stricte) et hiérarchie s'apparentant assez à un ordre de chevalerie tel qu'on pourrait l'imaginer.
Les êtres éthérés nous rappellent magie et sorcellerie par leur apparence (un peu flagrant ça) et leurs dons de prédiction.
Le héros (Riddick donc) n'en est pas vraiment un, il prends une grande place dans l'histoire du monde à l'issue du scénario tels les grands héros médiévaux capables de forger le destin et de gravir les échelons de la gloire quatre à quatre (Conan qui d'esclave va devenir roi par exemple).
Les armes sont finalement principalement des armes blanches (couteaux, lances, dagues) et les armes de poings des nécroporteurs sont des armes de choc (la victime est éjecté comme si elle se prenait une mégabeigne), les seules exceptions sont finalement les mercenaires qui ne se contentent pas de leurs filets de capture et usent d'armes à feu par défaut.
Le changement de lieux pendant les aventures de Riddick rappellent également les pélerinages épiques qui suivent le protagoniste de son univers personnel initial (son point de vue, la vie comme il la conçoit) jusqu'a son implication dans des évènements dépassant sa conception des choses, sa philosophie de vie s'en trouve alors changée et il deviens porteur d'une cause que sa vie passée ne prenait pas en compte. Même si ce dernier thème n'est pas vraiment développé dans Les Chroniques de Riddick, on sent cette implication, principalement dans la scène finale.

Toutes ces petites choses m'ont donc donné l'impression (pas désagréable du tout), de voir un film qui évite de se retrouver coinçé dans le genre de son prédécesseur en nous proposant une aventure épique au delà de ce à quoi le spectateur de Pitch Black pouvait s'attendre. =)